Actualités

Sécurité : déclarations du maire Karim Bouamrane

Le 13 octobre 2020
Lire la suite : Sécurité : déclarations du maire Karim Bouamrane

Déclarations solennelles de Karim Bouamrane, Maire de Saint-Ouen-sur-Seine, suite à la fusillade qui s'est produite le samedi 3 octobre 2020.

Déclaration du mardi 13 octobre 2020

"Renfort de police, couvre-feu, prévention : le plan de Saint-Ouen contre les violences et le trafic de drogue" > lire l'article du Parisien

Mercredi 14 octobre : conseil municipal extraordinaire sur la sécurité.

Nous ne renoncerons pas. Nous nous engageons pour une ville sereine, apaisée, fraternelle et écologique.

Nous avons besoin de la mobilisation de toutes et tous.

J'ai, en conséquence, pris la décision d'organiser un conseil municipal extraordinaire sur ce thème ce mercredi 14 octobre afin de présenter nos mesures et de les enrichir des propositions constructives qui en sortiront demain.

La sécurité concernant tous les échelons, nous avons proposé à Eric Coquerel, Député de la circonscription, Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile-de-France, Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis et Mathieu Hanotin, Président de Plaine Commune, d'intervenir pour faire part de mesures partenariales ou de suggestions afin de faire l'union sacrée face aux problèmes des trafics et retrouver la tranquillité publique et le respect qui sont l'essence de notre ville.

Parce qu'il nous faut construire la sécurité avec la société civile, nous organiserons également des assises en conviant le tissu associatif de la ville, les amicales, les représentants de copropriété, ainsi que les services de la police nationale et ceux de la police municipale.

Afin de répondre aux nuisances inhérentes au cadre de vie des habitants, nous avons proposé des arrêtés anti-rodéos, anti-bruit ainsi qu'un troisième pour éviter la circulation des mineurs après 22h. Parmi nos mesures phares, nous multiplierons par six le nombre de policiers municipaux afin d'atteindre 30 postes opérationnels sur le terrain et créerons une brigade du civisme afin de prévenir les incivilités et de faire que le respect mutuel soit la réalité vécue des audonien.ne.s.

Pour endiguer l'insécurité, il faut également travailler à plus de mixité sociale et faire que toute une génération accède à l'excellence quel que soit son origine sociale, familiale et culturelle. Ces mesures seront donc adossées à la rénovation urbaine et à nos politiques locales contre le décrochage scolaire et pour favoriser l'emploi et l'insertion des jeunes.

C'est en déclinant ces mesures de prévention et de sécurité et l'ensemble du contrat de mandature qu'à terme, nous ferons de Saint-Ouen une ville sereine, apaisée et fraternelle.

Déclaration du jeudi 8 octobre 2020

Nous ne renoncerons pas ! Notre ville sera une ville où tout le monde se sentira en sécurité. Une ville où tout le monde respectera tout le monde.

Après mes échanges avec le Ministre de l'Intérieur et Monsieur le Préfet cette semaine, j'ai obtenu une augmentation importante des effectifs de police pour qu'ils tournent sur la ville depuis dimanche soir afin d'éviter l'escalade de violence.
Merci au Ministre de l'Intérieur et à Monsieur le Préfet.

Nous ne renoncerons pas ! Je ne renoncerai pas.
Saint-Ouen redeviendra la ville fraternelle, la ville où tout le monde se sentira en sécurité. La ville où tout le monde respectera tout le monde.

Nous nous engageons à réussir.

Nous avons besoin de tous les partenaires politiques et institutionnels, quelle que soit la couleur politique de leurs dirigeants.
Nous avons besoin de toutes les forces citoyennes et associatives locales pour y arriver. Je compte sur vous.

Nous sommes la grande majorité à vouloir une ville fraternelle et apaisée.

Nous y arriverons !

Déclaration du dimanche 4 octobre 2020

Fusillade de la place du 8 mai : nous ne renoncerons pas. Saint-Ouen sera la ville fraternelle. Je m'y engage.

Ce qui s'est produit hier soir sur la place du 8 mai est grave et inacceptable.

Ces fusillades, ces règlements de comptes, cette insécurité et ces victimes collatérales du trafic : cela doit cesser et Saint-Ouen va redevenir une ville où tout le monde se sent en sécurité.

J’en prends l'engagement.

Je ne rentrerai pas dans la polémique mais ces problèmes résultent d'une inaction, d'un déni voire d'un abandon de la majorité des responsables politiques qui se sont succédés depuis des années. Quel que soit le parti. Et dans toutes les strates des institutions.

J'ai une pensée pour les victimes de cette violence, pour leurs parents et pour les habitants qui subissent cette insécurité et qui ont connu un grave choc émotionnel hier.

Je ne céderai pas et je mettrai tout en œuvre pour résoudre le problème de l'insécurité : à Saint-Ouen, tout le monde doit respecter tout le monde. Nous y arriverons car nous sommes majoritaires à le vouloir et nous ne subirons plus le diktat d'une minorité de personnes.

En 3 mois, j'ai fait augmenter les effectifs de police nationale, j'ai acté l'augmentation substantielle de la police municipale et j'ai lancé un plan « Sécurité Totale » dont je dévoilerai les propositions mi novembre à la suite des assises citoyennes de la sécurité.

J'ai par ailleurs proposé à rencontrer au plus vite une délégation d'habitants. J'appelle à la mobilisation de toutes et tous pour que cela cesse.

J'ai échangé avec le Préfet ce matin et j'ai eu la garantie que nous allons avoir un déploiement de forces de police ce soir sur la place du 8 mai.

Je dois avoir rendez-vous téléphonique avec le ministre de l'Intérieur ce soir. Je vous tiens au courant.

Pour les personnes qui souhaitent participer à la délégation, merci de m'envoyer un mail à cabinetdumaire@mairie-saint-ouen.fr.

Nous ne renoncerons pas. Nous y arriverons. Saint-Ouen sera la ville fraternelle que nous voulons tous.

Karim Bouamrane.

Haut de page