Rénovation urbaine

L'Agence nationale de renouvellement urbain (Anru) a validé le protocole de préfiguration du projet intercommunal qui porte sur les quartiers du Vieux Saint-Ouen et de Cordon-La Motte-Taupin et sur le quartier Sud de L'Île-Saint-Denis, ouvrant enfin la porte au lancement de nombreuses études et au travail en concertation avec les habitants.

Pourquoi est-ce important ?

La finalité de l'obtention de ces aides est de mener à bien une rénovation ambitieuse de ces quartiers pour améliorer la vie quotidienne de ses habitants en réduisant les inégalités sociales et en améliorant le fonctionnement urbain. Un projet de grande envergure et de longue haleine (une quinzaine d'années) à élaborer avec les habitants, pour les habitants.

Quels sont les quartiers concernés ?

Au total, ce sont 4 secteurs qui sont concernés par un projet de renouvellement urbain.

Trois sont inscrits dans un projet de renouvellement urbain dit "d'intérêt national" :

  • Secteur Vieux Saint-Ouen (Saint-Ouen)
  • Secteur Cordon-La Motte-Taupin (Saint-Ouen)
  • Secteur Quartier sud (L'Île-Saint-Denis)

Un est inscrit en projet de renouvellement urbain dit "d'intérêt régional" : secteur Rosiers-Debain (Saint-Ouen).

Une rénovation par étapes

La première phase du projet de rénovation urbaine est consacrée à sa préfiguration sur les trois quartiers ciblés (Vieux Saint-Ouen, Cordon et quartier Sud de L'Île-Saint-Denis) : en associant les habitants le plus en amont possible, le principe est d'appréhender le projet dans toutes ses dimensions et sous tous ses aspects.

Ce premier temps est donc consacré aux études qui doivent conduire à définir le projet urbain pour ces quartiers en prenant le temps d'informer et d'associer les habitants à la réflexion.

Au total, une trentaine d'études financées par l'ANRU, Plaine Commune et la Ville, vont être engagées sur tous les aspects du projet : circulation, stationnement, habitat, commerces, programmation d'équipements...

Au terme de cette première phase, d'une durée d'environ 2 ans, interviendra la signature de la convention avec l'ANRU, qui engagera financièrement les partenaires. Ce n'est qu'ensuite que la phase de mise en oeuvre en tant que telle interviendra.

Cette dernière phase dite "opérationnelle" devrait prendre une dizaine d'années pour s'étaler dans le temps.

Démarrage des réunions d'information et de la concertation

Comme le prévoit l'Anru, "les habitants et usagers du quartier seront parties prenantes". Ils vont donc être associés à la définition du projet, à son suivi et à son évaluation. Le conseil citoyen créé en janvier 2016 a été mis en place dans cette perspective. Sa vocation est d'associer les habitants aux politiques publiques en faveur des quartiers prioritaires. Des réunions d'information et de concertation auront lieu régulièrement avec les citoyens, les amicales des locataires, les maisons de quartier et les associations, les premières réunions ayant démarré en septembre 2016.

Pour centraliser ces échanges, une "maison du projet" ouvrira bientôt ses portes rue Albert-Dhalenne, où l'équipe de Plaine Commune en charge de ce projet sera installée.

Questions / Réponses

  • Anru et NPNRU : quelles différences ?

    L'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) a pour mission de mettre en place le Nouveau Programme national de rénovation urbaine (NPNRU). Ce dernier est issu de la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine (2014), en faveur de la réduction des inégalités sociales et urbaines. Ce programme est dénommé "nouveau" car il fait suite à un premier Programme national de rénovation urbaine (PNRU) qui avait été lancé en 2003 par Jean-Louis Borloo.

    Le NPNRU de 2014 a débloqué 5 milliards d'euros, financés grâce au concours d'Action Logement (ex - 1% logement). Cette enveloppe budgétaire générera plus de 20 milliards d'euros d'investissements, pour permettre de vastes travaux dans 400 quartiers sur toute la France, dont le Vieux Saint-Ouen, Cordon-La Motte-Taupin et le quartier Sud de L'Île-Saint-Denis

  • Quels sont les objectifs de l'ANRU ?
    • Augmenter la diversité de l'habitat
    • Adapter la densité du quartier à son environnement et aux fonctions urbaines visées
    • Favoriser la mixité fonctionnelle (logements, activités, équipements, etc.) et consolider le potentiel de développement économique
    • Renforcer l'ouverture du quartier et la mobilité des habitants
    • Viser l'efficacité énergétique et contribuer à la transition écologique des quartiers
    • Réaliser des aménagements urbains et des programmes immobiliers de qualité prenant en compte les usages, les enjeux de gestion et de sureté, et anticipant les futures évolutions
Haut de page