Prévention du bruit

Les cartes du bruit

La directive européenne de 2002 (2002/49/CE) relative à l'évaluation et gestion du bruit dans l'environnement, ainsi que le décret de 2006 (2006-361), ont comme objectif d'évaluer l'exposition au bruit dans les 25 États européens, de l'exprimer par une cartographie du bruit afin de pouvoir mettre en place des plans d'action.

Les communes situées au sein d'agglomérations de plus de 250 000 habitants sont concernées, ce qui correspond pour la Seine-Saint-Denis à 32 communes dont Saint-Ouen-sur-Seine.

Le Conseil général de la Seine-Saint-Denis a réalisé ces cartes à la suite d'une étude faite en 2007 par un laboratoire acoustique missionné par le CG93.

  • Qu'est ce qu'une carte du bruit ?

    C'est une carte qui représente l'intensité du bruit émis par le trafic routier, ferré et aérien et certaines activités industrielles comme celles exercées par des ICPE (Installations Classées pour la Protection de l'Environnement, soumises à autorisation préfectorale lors de leur installation).

    Il existe plusieurs types de cartes du bruit :

    • des cartes dites "isophones" qui indiquent le bruit routier et/ou ferroviaire avec des indications colorées par niveaux de bruit : de rouge à violet pour les zones de forte intensité sonore, vert  pour les zones les plus calmes ;
    • des cartes qui indiquent les zones de dépassement de seuils (Code de l'environnement - Article L572-6) ;
    • des cartes pour le trafic aérien et/ou pour les ICPE.
  • Comment est calculé le bruit ?

    Comment est calculé le bruit ?

    Les bruits recueillis sont calculés à une hauteur de 4m sur la façade la plus exposée du bâtiment.

    Ils sont exprimés en dB(A), décibel pondéré utilisé en acoustique. Et parce que le même bruit gêne plus à 2h du matin qu'en après-midi (le moteur d'une voiture par exemple), il est intéressant de séparer le bruit moyen sur une journée de 24h du bruit nocturne. Pour cela, on utilise deux indicateurs : le Lden (journée-soir-nuit) et le Ln pour la nuit.

    Les niveaux de bruits sont collectés en trois tranches : 6h-18h, 18h-22h et 22h-6h.

    Pour être encore plus proche de la réalité et mieux traduire la gêne ressentie, l'indicateur Lden est basée sur une moyenne de ces trois tranches que l'on pondère par un ajout de +5dB et +10 dB aux deux dernières tranches, car les bruits de soirées et de nuits sont ressentis de manière plus forte. L'indicateur Ln correspond à la tranche 22h-6h.

    Chaque type de cartes est exprimé via ces deux indicateurs Lden et Ln.

    Quelques exemples de niveaux de décibels :

    • 40 : conversation normale
    • 60 : conversation vive
    • 65 : aspirateur
    • 70 : camion de 30m
    • 80 : rue bruyante
    • 100 : marteau-piqueur à 2m
    • 120 : réacteur d'avion à 10m
    • 130 : seuil de la douleur

    En général, les zones à forte pollution sonore sont considérées de plus de 55 décibels.

Le bruit à Saint-Ouen-sur-Seine

Une synthèse réalisée par le Conseil général en 2007 sur la ville pointe les zones les plus denses en décibels : le périphérique, l'autoroute A1, la rue Albert Dhalenne, la route départementale 14 et l'avenue Gabriel Péri à certaines heures de la nuit, ainsi que le réseau ferroviaire issu de la Gare du Nord à l'extrémité Est.

Le Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement (PPBE)

Le PPBE constitue la 2ème étape de la directive européenne de 2002 après l'élaboration des cartes de bruit.

L'enjeu du PPBE consiste à préserver, améliorer ou rénover la situation sonore des zones urbaines exposées à un seuil difficilement supportable, notamment au moyen d'outils de planification urbaine, de projets d'aménagement et de mesures de police.

Suite à la consultation du public du 15 novembre 2013 au 15 janvier 2014, Plaine Commune a adopté son PPBE lors du Conseil communautaire du 20 mai 2014.

Ce PPBE vise à mettre en place des actions pour limiter le nombre d'habitants exposés au bruit des transports et à préserver des zones calmes où une certaine qualité sonore est assurée.

Le PPBE prend en compte le bruit des infrastructures routières, ferrées et aériennes ; il ne concerne pas le bruit de voisinage ni les nuisances générées par les activités (hormis les installations classées pour la protection de l'environnement soumises à autorisation).

> Consulter le Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement de Plaine Commune

Liens utiles

Observatoire du bruit en Île-de-France

www.bruitparif.fr

Plan de prévention du bruit dans l'environnement de la Seine-Saint-Denis

www.seine-saint-denis.fr

Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

www.ademe.fr

Haut de page